Intégration du lieu


Nos méthodes de jardinage naturelles reposent sur une observation de la nature et des comportements naturels de l'environnement. Elles ne nous placent donc nullement comme un jardinier créateur. Nous sommes plutôt un chef d'orchestre qui tente d'accompagner le rythme et de laisser s'exprimer chaque élément, dans une recherche d'harmonie pour l'ensemble.

 

Créer un jardin, un potager ou un espace maraicher c'est investir un lieu. Que la nature y soit déjà abondante ou pas, ce lieu comporte déjà une diversité de paramètres qu'il faut observer, comprendre et intégrer, afin d'en tirer le meilleur, tout en le respectant et en tendant vers son agradation.

 

Parmi ces multiples paramètres, nous pouvons différencier ceux qui se rapportent à l'écosystème vivant et ceux relevant plus des données géographiques, géométriques et d'aménagements.

 

1 - L'observation

 

Il est tout d'abord essentiel de comprendre que l'observation doit se voir comme un mouvement perpétuel et un réflexe continu à avoir. Le lieu évolue avec et sans votre intervention, il est donc nécessaire de l'accompagner et de réajuster continuellement son regard et sa pratique.

 

Le plan évolutif :

La première étape est souvent la plus intuitive et facile à réaliser. Après avoir dessiné le plan de votre lieu (vous pouvez également vous aider de plans aériens et de cadastres), nous cherchons à connaitre son orientation. Nous voulons connaitre ses paramètres géographiques et météorologiques, qui concernent le parcours du soleil et des vents mais également les pentes et reliefs qui le dessinent. Nous allons également évaluer la pluviométrie. Vous pouvez pour cela vous aider de données mise en ligne par région, ou à l'aide de votre propre pluviomètre et carnet de notes. Nous faisons les deux.

 

Sur ce même plan, nous rapportons ensuite les différents éléments fixes du lieu (constructions, bâtiments, arbres,...). Nous devons ensuite observer les conséquences de la présence de ces éléments pour les premières données collectées. Ceux ci vont notamment créer des zone d'ombre, des barrières et des couloirs pour le vent.

 

Ce plan sera ensuite à faire évoluer au fil des saisons et des changements. Le soleil n'effectue pas le même parcours selon les saisons, les vents dominant ne sont pas les mêmes [..] et il se peut qu'on y rajoute un poulailler, une serre, etc... Notez que ce stade reste bien celui de l'observation et que nous nous sommes concentré sur les éléments déjà en présence et votre lieu vierge de vos nouveaux aménagements et zone de cultures.

 

L'inventaire libre :

Une bonne observation doit, à notre sens, faire appel à l'ensemble des sens (vue, ouïe, odorat, toucher, goût) et être impérativement non discriminante. Il n'est pas question de savoir quelles plantes est comestibles ou de la "mauvaises herbes" mais d'en observer le nombre, une prédominance ou encore une position particulière. Il s'agit de reproduire le plus instinctivement possible ce que l'on observe aux "sens" larges.

 

Nous conseillons de prendre le temps de se balader dans les moindres recoins du  lieu, de se munir d'un stylo et d'un carnet de note, pour y déposer de manière le plus instinctives possibles ce que tous vos sens observent. Le soleil éblouissant à 10h00 près du pommier